Duathlon de Meaux

Ils y étaient! Je vous laisse les reconnaître. Duathlon MEAUX - NST - 099Duathlon MEAUX - NST - 098 Duathlon MEAUX - NST - 097 Duathlon MEAUX - NST - 096 Duathlon MEAUX - NST - 095 Duathlon MEAUX - NST - 094 Duathlon MEAUX - NST - 093 Duathlon MEAUX - NST - 092 Duathlon MEAUX - NST - 091 Duathlon MEAUX - NST - 090 Duathlon MEAUX - NST - 089 Duathlon MEAUX - NST - 088Et je les laisse se raconter !!

André

Publié dans Résultats | Commentaires fermés sur Duathlon de Meaux

Triathlon de Fresnes le 26 mars 2017

le seul triathlon du 94 a eu droit à un grand soleil (mais 8° à 8h du matin) mais une petite représentation du NST, heureusement, de qualité!

20170326TriathlonFresnes-001-Animathlon 20170326TriathlonFresnes-010-Animathlon 20170326TriathlonFresnes-013-Animathlon 20170326TriathlonFresnes-016-Animathlon 20170326TriathlonFresnes-025-Animathlon

je les laisse ajouter leurs impressions. André

Publié dans Résultats | Commentaires fermés sur Triathlon de Fresnes le 26 mars 2017

Triathlon S de Sainte Anne (Martinique) – par Nicolas

Quoi de mieux pour finir des vacances en Martinique qu’un petit triathlon ?
Direction donc la plage de Sainte Anne pour un cross triathlon S (500 mètres de nage, 14 kms de VTT et 4 kms de CAP) organisé par le Madinina bikers avec une quarantaine de triathlètes.
Si besoin était de le prouver je vous confirme que notre coach Oliv’ est vraiment une star. A l’échauffement on vient me voir : « t’es dans le club de Nogent ?
– Oui (en même temps c’est marqué sur la trifonction 🙂 )
– Il est toujours là Olivier le coach ? »
C’est parti : Départ canon (forcément en l’honneur du coach), 5 ème à la première bouée et après plus rien dans les bras !!!
TRI ST ANNE - MARTINIQUE
Je me fais doubler et sors donc de l’eau dans le peloton. Par contre quel bonheur de nager dans une eau aussi claire (ça change).
C’est parti pour le parcours vélo…ça monte d’entrée de jeu mais je ne me trouve pas à l’aise sur le vélo, c’est bizarre, et là je comprends…on m’a baissé ma selle dans le parc à vélo…la bonne blague !!!
S’en suit un parcours super technique (=dangereux !!!) et là je me dis qu’il vaut mieux revenir entier car l’avion c’est ce soir et je lève un peu le pied car je pense le TOP 10 intouchable.
Je garde donc du jus pour la CAP (2ème temps de la CAP) avec une magnifique arrivée sur la plage entre les touristes et les spectateurs pour finir 13ème du TRI.
Un super souvenir.
Bonne saison à toutes et à tous.
Nico.
Publié dans Résultats | Marqué avec , , , | Un commentaire

Run & Bike du Nautil – 10/01/2017

Le NST était encore présent au R&B du Nautil à Pontault Combault avec une victoire pour l’équipe féminine (Vélia & Pascale).

rbnautil01

rbnautil02

 

Publié dans Résultats | Marqué avec , , | Commentaires fermés sur Run & Bike du Nautil – 10/01/2017

NST Vainqueur

Encore une coupe de gagnée par le NST !

Pour la 5ème année, le club de Volley de Nogent a organisé un tournoi ‘inter association’ et nous les en remercions. Le NST, seul club a y avoir participé chaque année, à donc , encore une fois relevé le défi en alignant une équipe de choc (Pierre A, Pascal G, Christian G, Bruno L & André P).

Traditionnellement relégué chaque année au fond du classement, l’équipe a non seulement réussi à se hisser en final, MAIS à écraser l’autre finaliste à savoir la section TENNIS !

Tout cela grâce à de bonnes séries de service, mais également par des attaques bien construites et une défense toujours prêtes !!! Le ravitaillement mis en place par l’organisateur et accessibles à la fin de chaque ‘poule’ nous y a également aidé.

Nous espérons que cette victoire va créer de l’engouement pour les prochaines années.

Et merci aux spectateurs (la femme de Pascal) pour le soutien.

Les volleyeurs du NST

Publié dans Résultats | Commentaires fermés sur NST Vainqueur

Vidange bassin 2016-2017

Bonjour à tous,

Vous pouvez trouver ci-dessous les dates de vidanges pour l’année scolaire 2016/2017.

-du 26 décembre au 28 décembre 2016  inclus : Bassin d’apprentissage

-du 13 mars au 19 mars 2017 inclus : Bassin Olympique

-du 05 juin au 11 juin 2017 inclus : Bassin de 25m + Bassin d’apprentissage

Publié dans Résultats | Commentaires fermés sur Vidange bassin 2016-2017

Mon 223ième triathlon

Par Olivier NOEL

Pas simple, à la 26ème saison de triathlon de poser son packtage dans un lieu où l’on a pas déjà nagé, roulé, couru. Après avoir découvert cette année le triathlon de l’étang des bois (sortie club), j’ai jeté ce dimanche 18 septembre mon dévolu sur un petite organisation de l’Oise : le triathlon de la route olympique organisé,  pour la deuxième année, par la communauté de communes de la Picardie Verte. Les départ et arrivée se situent à Grandvilliers, 30 kilomètres au nord de Beauvais.
La startlist est impressionnante. On se demande s’il ne manque pas des pages. La liste tient sur une feuille A4 verticale : 75 triathlètes au départ qui ont acquis le droit d’en chier pour la modique somme de 20 euros. Vous connaissez mon aversion pour les courses à label et leur pompe à fric.
Là, je suis servi.
Format classique : Aujourd’hui « M », « olympique » à Rio, courte distance, distance « A ». J’attends avec impatience la prochaine nomenclature de la Fédé. Pour faire bref 1500m de natation, 43 kms de vélo et 10 kms de cap. Tout ça au milieu des champs d’éoliennes.
Natation  : 4 tours dans la mare aux canards, je sors 12/13è en moins de 23 minutes. Natation en combinaison. Dommage je l’aurais bien fait sans, comme mes 3 derniers tri à Nevers, Chateau-Thierry et Attichy. Aussitôt sorti de l’eau je retire ma combi entièrement pour ne pas courir avec jusqu’au parc.
Vélo : casque, chaussettes, chaussures. C’est parti pour un aller-retour cycliste sur la même route (comme à Hawaï). C’est sympa on peut compter le nombre de concurrents qui sont devant. AU demi-tour j’ai déjà perdu 10 places. Dans mon malheur l’aller se fait vent de face. Ce qui ne m’empêche pas de recéder autant de places sur le retour. Je pose mon clou, ouf, le revêtement pourri de la départementale ne va pas me manquer.
Transition éclair. (si si)
La course à pied est compliquée, vallonnée, ventée. Je n’ai pas fait 10 kilomètres d’affilée depuis deux ans et le triathlon vert de Jablines (et encore c’était 8 kms). Mais les problèmes accumulés depuis 24 mois ne pèsent pas lourd face à l’envie de finir. Quelques coureurs me doublent encore mais je fini mieux que je n’ai commencé. 2h49′ de bonheur. Le plaisir est intact au 223è triathlon.
Bises tout le monde
Publié dans Résultats | Commentaires fermés sur Mon 223ième triathlon

Vedi Vini VICHY

Voilà mon/notre petit « compte rendu familiale commenté », de ce petit week end thermal J

Replantons le contexte, Nice en 2013, l’envie d’un autre challenge sur format XXL me chauffe les oreilles depuis un bon moment, les exploits des copains me donnent envie encore plus… l’envie de devenir à nouveau un super héro remonte en moi.

Se lancer sur IM demande des sacrifices, du temps, et un accompagnement de tous les jours… l’idée murie lentement, quelle course ? et quand ?, Nice (déjà fait et pas une bonne date début juin cette année), je cherche aussi un parcours roulant pour user le CLM J.

Et paffff, Vichy arrive, passant de Challenge à Ironman, ça fait classe J « you’re an Ironman »

L’idée est lancée, reste à prendre des fous au passage… et ils sont quelque un/une à répondre « Yes ». Nous sommes de grands malades, de grands enfants, des joueurs mais aussi des compétiteurs face aux autres mais surtout face à nous même (là y a une thèse psy pour ceux que ça intéresse J), sinon on change de sport…

Ben maintenant va falloir se préparer physiquement, stravaillement aussi, intox à Gogo !! et faire le job comme on dit chez nous. On a 8 mois pour ça. Avec ses périodes de doutes, les compétitions entre pour se tester, peaufiner, se rassurer. Rassurer aussi autour de nous, famille, amis et potos.

Se mettre minable sur les sorties du dimanche, suivre Strava de très près pour voir ce que font les autres et les féliciter… J ou les bâcher de vannes à Gogo !!! J ou en prendre plein la G…. parce que l’on a été mauvais J.

Voilà 8 mois de préparation, rien de simple, rien de compliqué non plus en regardant derrière soi, mais dur à vivre parfois au quotidien, du ras le bol en fin de préparation où tu ressens le besoin d’arrêter, quand tu t’entraînes tu as l’impression d’aller bosser J, et dire oufff quand l’affûtage arrive et que la date s’approche… ouffffffffffff y’en a marre de ce sport, tu manges IM, tu vis IM, tu B…. IM, tu discutes IM, et tu n’as pas encore joué, NADA !!, rien… et tu es déjà le héro de la famille (hey ho j’ai juste fait un P…. de chèque qui me coûte un bras avec une résa hôtel pour mon 2eme bras).

Enfin le week end, tout ce petit monde s’est organisé, hôtel, matos, famille, etc. Nous sommes près.

On se retrouve le samedi soir pour les IM car les halfs sont HS J

Pour l’histoire, le Whooper / frites le vendredi soir c’est top mais pas de mayo c’est trop gras sinon 😉

On y ajoute avant une semaine avec un peu de canicule, et voilà que ça cogite pour les psychos, combi/pas combi, eau chaude/froide…, courir sous 35° pas bon, « Maman j’ai peur, veux plus y aller, m’en fous j’ai un mot du docteur, je sèche ça ne se verra pas, j’ai une gastro il a dit mon docteur », vous voyez les bonnes excuses hyper valables d’un sportif entrain de C…. dans sa combi enfin là dans sa tri ou maillot de bain car effectivement PAS DE COMBI !!! T°C eau >24°, et aussi le rolling start pour changer les habitudes (c’est quoi ça déjà !!! ? ben au lieu de partir en machine à laver tu pars en rouleau de 3 dans des sas de temps, à toi de ne pas te planter de sas sinon tu vas boire du thé d’Allier à l’algue… J).

Du coup le rolling c’est bien, pas de combi c’est bien aussi, l’eau à plus de 24°C c’est top, du bonheur pour commencer cette belle journée ensoleillée. Ah Vichy et ses thermes, Vichy et ses routes, Vichy et ses parcs… une bien belle ville à visiter…, Vichy et ses balades le long de l’Allier… Vichy… Vichy… et ses pastilles !!!!

… oups on s’égare, tu sors de l’eau chaude et tu repars pour un 2eme tour face au soleil qui se lève, éblouissant et je ne vois pas la bouée (si vous connaissiez mon sens de l’orientation en eau libre vous pourriez être inquiet et moi aussi J) et ben là je nage bien droit et pas de promenade… je gère, je me sens mieux sans combi (la force des bons nageurs J), et je sors direction T1 en 1h15 (Chier j’avais dit 1h05…), j’entre sous la tente et je vois des culs et des B…. partout… génial MAIS y a pas de gonzesses ???, elles sont où… y a que des mecs là, ça craint et ça ne rigole pas trop. Je pose donc mes fesses sur le banc et en face de moi je vois qui… Le Prez, pas content, pas bien nagé, et il part… je suis à 2/3 mn derrière…

Vélo : joli parcours roulant, reconnu en juin, je déconne pas en envoyant du lourd comme jai déjà fait parfois, je gère entre 90 et 100 tr/mn, et au bout de 1h je déboule dans les roues de mon copain, « hey j’t’emmène ? », 90km à rouler ensemble et sans drafting, si si le Prez sait le faire… 2eme tour, il décroche et je pars seul à l’aventure et quelle aventure, vent de face !!!, pluie, t’en peux plus, 120 (putain c’est long), 140 (merde en reste 40), 160 (c’est quand que ça se termine je veux courir…), 180km tu poses ton pied et tu cours en T2.

Comme on dit tous, la course peut enfin commencer, 4 tours en plein soleil, chaud et humide (je m’en rendrais compte plus tard), je lance la machine et je ralenti, ralenti pour rester vigilent et ne pas exploser, tout dans la gestion (heureusement), Le Prez et moi nous nous croisons l’un en haut du pont l’autre en bas, tous les ravitos sont un oasis pour moi, je bois, je m’arrose, je me rafraîchis, douche (mais pas les chaussures je disais au bénévoles après c’est lourd à porter), et un chouchou rouge, tu doubles, on te double, et tu regardes les couleurs des chouchous, le prochain jaune… Le Prez revient sur moi, je lui indique de partir seul car depuis que je cours l’envie de gerber guette !!!, on fait 2/3 km ensemble, enfin il m’emmène, on entre dans le stadium ensemble, là c’est top, on papote, on reste lucide « j’ai vu ta femme, ah bon moi j’ai pas vu la tienne », « moi non plus d’ailleurs, mais elle, elle nous voyait J, je me mets à marcher et le Prez s’en va seul, alone vers le soleil… je dois gérer sinon je vais finir par terre ou ailleurs, ravitos, ravitos, ravitos, que j’ai soif mais soif, je bois eau et je passe même en Vichy St Yorre à chaque ravitos, impossible de manger mais boire ça OUI !!!

3eme tour le chouchou bleu, le plus dur, le plus compliqué, après l’euphorie du 1er tour la découverte du parcours pédestre, le 2eme tour (ça y est j’y suis), le 3eme est comment dire… long, ennuyeux, décourageant, chaud et humide (comme les autres d’ailleurs), mais long tout de même, tu es à la moitié de tout et loin de l’arrivée. Je vois ma femme, je lui dis j’en peux plus, j’ai toujours soif et j’arrive pas à vomir pour me libérer, néanmoins elle me redonne du courage et je pars pour aller chercher cette P…. de médaille. Vélia me passera en CAP (la grande classe, aérienne), m’en fous moi j’ai fini… enfin presque me reste le jardin de l’opéra, le demi tour, les quais, la montée du pont, sa descente, les graviers, le stadium, ah oui le stadium… et le salut.

Folle ambiance dans ce stadium, quand tu entends le son de l’autre côté de la rive, ça te donne des ailes pour y entrer, et quand tu y es, tu savoures ce moment, tu lèves les bras en vainqueur de toi-même.. et tu passes la ligne en pensant qu’est ce qu’il y a manger derrière J

Voilà un petit résumé de cette course. Comme à chaque grande course il m’arrive toujours un truc bizarre (lunettes cassées à un  départ de Nice, 2 fois tout de même, valve de pneu, etc) cette fois ci c’est la montre qui a jouée mode English (il paraît que ça arrive mais pas le jour de l’IM bordel), du coup ben tu cours comme tu le sens, à la sensation et c’est bien aussi J

Mes remerciements vont tout droit vers ma femme Céline, notre photographe NST, et mes enfants, qui ont supportés mes entraînements avant et pendant mes vacances, ma « fameuse » sortie du 15 août (super we en amoureux), les repas décalés, les trucs que font les athlètes pour réussir un challenge, ma famille qui croit en toi si parfois tu ne crois plus en toi (ça fait beaucoup de toi tout ça).

Remerciements aussi aux copains de sorties, les sérieusement burnés qui vont vites J,

Aux intoxiqués de Strava qui motivent et font douter (les salauds J), les copains, amis qui ne doutent jamais de toi, les filles qui te voient comme un héro (si si y en a, elles existent rien que pour moi J the Charly’s Angels), à Antoine The Prez qui une fois de plus finit devant moi, respect copain et sa femme, Julien dit Jules qui fait un temps canon, Vélia, qui aussi, fait fort pour son 1er IM Women, le hyper stress girl… son mari Antoine et ses enfants qui ont couru avec moi, j’en oublie forcément, merci à tous de me laisser vivre ces moments magiques pleines d’émotions (merde une larme sur le clavier ça va tout pêter l’électronique J),… Bravo à vous !!!

…Mais aussi et surtout à mon ami de plus de 20 ans que j’embarque à chaque fois dans mes galères, Christophe dit mon « Chouchou » que j’admire pour son courage, son mental, sa pugnacité, son exemple d’abnégation (Yannick tu as raison), qui font de lui un être unique et cher, comme on se dit souvent un « Killer Bertier » ou Rocky J Bravo à lui !!!

A J+2, pas trop mal aux jambes, bien dormi, mais pas envie de rouler ni de courir, envie de profiter de la famille J

Vélia :

Comme à son habitude Titi a retranscrit avec habileté la course. Je n’ajouterai que quelques lignes.
Pour mon premier Iron j’avais un peu la pression. Je suis pas une fille hyper stressée Titi ! mais quand même.
J’ai débuté le tri il y a deux ans et sans réfléchir je m’étais dit à 40 ans je fais un Iron, alors c’est comme l’arrêt de la clope, quand tu l’as dit à tout ton entourage, tu es mort.
Bref, il faut bien s’entraîner. Pour mon anniversaire en mai j’ai eu un très beau vélo alors maintenant il faut rouler.
Je pense avoir 1 500 kms sur l’année en arrivant à Vichy. Pas cool !!!
Même si j’ai eu des supers conseils de Titi et d’Antoine (merci), ils ont omis de me dire le « basique » (qui va sans être dit d’habitude certainement mais je suis une femme, ils avaient pas compris qu’il faut tout m’expliquer).
Donc ils avaient oublié de me dire que l’iron n’est pas un défilé de mode et que tu n’es pas obligé de passer 9 minutes à chaque transition pour changer de tenue comme pour un mariage.
Ils avaient aussi oublié de me dire que sur un Iron tu ne t’arrêtes pas pour faire remplir tes bidons à vélo sous prétexte que les tiens sont beaux et que tu ne veux pas les jeter sur la route.
Pas mal de petites choses qui font gagner du temps. Bon j’ai une marge de manoeuvre non sportive, c’est déjà ça pour le prochain.
Voilà je retiendrai l’avant course et le bonheur d’être plusieurs sur place, la course et tous ceux qui sont là à attendre après t’avoir supporté pendant les 6 mois précédents alors que tu es vraiment pénible par moment (merci Antoine et les enfants), les NST sur la route qui prennent de superbes photos et qui encouragent ou qui braillent comme Yann qu’on entendait de l’autre côté du pont, un vrai speaker;-)mais top pour te donner la pêche et te pousser à finir.

Voir les autres sur la course c’est aussi motivant et émouvant.
Terminer sans bobo, ni douleur.
A refaire et vraiment allez y c’est génial.
Publié dans Résultats | Commentaires fermés sur Vedi Vini VICHY

Grand RAID « Golfe du Morbihan » – ULTRA MARIN 2016

Larmor Baden

Voila encore une belle expérience de vécue !

Parmi toutes mes inscriptions en début de saison, n’ayant pas été sélectionné au « Norseman », ni à « la verticale de la Tour Eiffel », il ne me restait plus que cette ‘grosse’ épreuveŒ pour la fin de saison (après Doussard, un tri tout de même) !

Eh bien voila, c’est (pas) fait, mais c’était super !

Œ Pourquoi cette course ? Des amis, voir le Œ plus bas, le paysage, la longueur sans trop de dénivelé, la date. Je ne connaissais pas le monde du Trail*, mais vraiment, j’ai senti la différence, que de la convivialité et du respect mutuel et de l’aide.

Bon, revenons à l’épreuve. Après avoir ‘essayé’ de suivre le plan d’entrainement de l’organisation, il a fallu aussi cogiter sur le sac.

Et ….. , il va falloir le gérer avec des ravitos entre 17 et 20KM. Bilan un sac lourd (et pourtant, ce n’est pas un sac ‘atelier’ à la DD). Que faut-il pour se sustenter, se couvrir, … ? Sans oublier le matériel obligatoire et qui sera capable de tenir entre 30 et 42h (la Garmin abandonnera également).

Alors, avec tout cela, le sac pèse. Beaucoup ? Trop ? Mais que ‘virer’ ? il fera chaud, la journée, froid la nuit, humide ? Bon il faut arrêter de tergiverser et heureusement le sac est très confortable à porter. Si, si, j’ai couru tout le mois de juin avec lui et un chargement ‘fictif’, il est réglé (lui).

Allez, c’est le départ pour …. Vannes, jeudi midi en TGV. Arrivée en milieu d’après-midi, je peux retirer le dossard aussitôt.  Donc jeudi soir et vendredi matin : RELAX.

Vendredi 14h, je fais le sac, je refais le sac et rejoins le village ‘UltraMarin’, c’est la teuf, mais aussi le stress. Dépôt des sacs de mi-parcours, d’arrivée.

Ah oui, le sac de mi-parcours : 1 paires de chaussure, des chaussettes, des vêtements de rechange, de l’alimentation et boissons, des accus pour le matériel ‘électrique’.

L’heure approche et c’est parti, un rictus d’inquiétude mélangé à de la joie à la limite de pleurer (séquence émotion), j’y suis !

Un petit tour dans la ville (2km) et nous revenons passer la véritable ligne de départ et direction le ‘large’.

Le paysage portuaire se transforme rapidement et nous commençons à visualiser le golfe, Super, il fait jour, il fait beau, c’est parti ! Tout y est, des plages, du sentier, des plages  encore, mais plus petite, juste de quoi poser le pied droite et le gauche éventuellement cote à cote, sympa tant que nous sommes encore vigilant. Les spectateurs sont encore avec nous et cela fait du bien. Le 1er ravitaillement arrive au KM 17.25, un peu de cohue mais cela passe et la, je découvre, qu’après moi la mer avait continué à monter et les suivants avaient dû se déchausser pour passer le. Tiens, c’est vrai j’ai oublié de prendre une serviette !

Prochaine étape un point d’eau au KM ….. Effectivement, encore des tentes ‘barnums’ de la musique, le tout dans un beau parc en ord de mer. ERREUR, un mariage dans une propriété privée, bon bin tant pis, c’est un peu plus loin. Eh OUI, ça y est, avec même un Festnoz sur la cale et plein de monde (même des danseurs ‘bigoudens’). Tiens personne ne s’arrête ? RE non, nous c’est la petite tente derrière avec 4 robinets. C’est moins festif et personne ne nous regarde.

Prochaine étape, le ravito de LARMOR BADEN (=LB) qui marquera le 1er marathon sur les 4 à faire. Jusque la tout va bien. La nuit tombe vers les 22h surtout dans les passages en sous bois. Magnifique, des voutes d’arbres et des frontales la dessous. A ce moment la nous sommes dans des grandes allées carrossables.

Et voila le 1er ‘gros’ ravitaillement à l’école de LB. Retrouvailles synchros (à 3mn près) avec Pascale (qui sera au courant de mon avancé par les SMS de suivi), ma femme fraichement débarquée du train (22H…) et notre amie ‘locale’Œ Florence (marraine de notre ainée) qui nous a hébergé.

Une 20aine de mn de pause (alimentation, bavardage, modification vestimentaire pour la nuit, … ) et c’est reparti solitaire et dans le noir. Dans les 5km qui suivent, par les hasards du parcours ; étroitesse, marches à franchir, en montant, en descendant, des pierres, des grosses racines, des branches à éviter, le tout avec l’éclairage de la frontale, nous finissons par former une petite colonne et d’un commun accord avec notre futur groupe de 5, nous décidons de marcher ensemble. Nous ne courrerons que sur des portions moins dangereuses. Notre nouvelle tribu ira jusqu’au ravito suivant : Le BONO au KM 55 à une cadence de 7km/h. ce groupe hétéroclite Ž et bien sympathique permet de se motiver mutuellement, d’échanger, de blaguer, et donc d’absorber les KM, la nuit. Nous avions également prévu de nous remettre à courir plus intensément dès la levée du jour.

ŽMaurice, 53 ans agriculteur Breton, Aurélien informaticien dans une SS2I sur Nantes, Philippe architecte au Sénat et Benjamin infirmier Psychiatrique.

Le groupe accueille 1 à 2 coureurs épisodiques, mais le noyau est créé et nous avançons. Auray est absorbé, ainsi que son relief à la sortie, et nous voila en destination de CRACH. 5h30 le jour se lève, (l’UltraMarin s’éveille comme le chanterait Dutronc) et nous allons courir, enfin nous le croyons. Les muscles sont raides. Finalement nous alternons CAP et marche et nous restons groupés.

A ce moment la, le plan de route d’Aurélien est caduque, ses horaires de passage prévu ne sont plus respectés. Maurice est déçu pour sa 2ème participation (abandon pour des raisons de ‘chaussures’ l’année dernière), son plan de route compte 2H de retard. ET pour ma part, n’ayant rien programmé, je suis déjà content d’avancer. A force de ruminer son retard, Maurice réalise qu’il n’a qu’une heure de retard ! L’année dernière, la course était partie à 17h et ça la ‘foutue dedans’, mais finalement, dans le bon sens pour le moral.

Ravito de CRACH KM 70.77, Maurice s’assoit sur les bancs mis à disposition et, malheureusement, ne se sent pas bien, je fais la navette pour l’approvisionner, solides, liquides, chauds, froids, sucrés, … et après un bon 1/4h, il décide de se reposer un peu en nous demandant de continuer sans lui !  Conseil de guerre et nous tentons de lui faire changer d’avis à tour de rôle, mais que nenni !

Nous repartons à 4, mais rapidement, je perds ma place de meneur (si, si avec Aurélien, nous nous étions relayé jusque la) pour ‘subir’ l’allure du groupe, mais on avance. Le contournement de la pointe de LOCMARIAQUER est interminable, surtout que nous savons que nous revenons pratiquement au départ de cette boucle. Des envies de l’éviter peuvent effleurer certains mais les vieilles histoires de pointages inopinés freinent les ardeurs ET HOP, un contrôle volant !!!!! Vrai, de vrai, le 2ème d’ailleurs. Nous avons finalement bouclé l’ensemble 1H30 avant la barrière horaire et nous allons embarquer dans 1 des 2 supers zodiacs qui nous attendent. Fourniture d’un vêtement imperméable + 1 gilet de sauvetage et c’est parti. Je me laisse aller sur l’épaule de mon voisin, doucement bercé, mais au milieu du passage, le mal de mer, la faim, la fatigue ?? Bref, je dois passer la tête par-dessus le ‘boudin ‘ et viser les poissons, Mais RIEN de RIEN. Estomac vide. Même les poissons gueulent !

Tout blanc au débarcadère le pilote me soutient jusqu’à la terre ferme (quai de PORT NAVALLO). Le « pointage » me demande de déclarer forfait, de mon coté, je demande à mes 3 derniers acolytes de partir sans m’attendre. Palabre entre eux, discours de motivation à mon encontre avec promesse de m’attendre, mais je mettrais leur chrono en péril et je reste donc me reposer, m’alimenter, boire, me reposer et nous verrons bien.

Sur ce, Maurice arrive, il est bien reparti et peu de temps derrière nous. A son tour, il veut m’emmener, je m’essai quelques 100aines de mètre, voir 1KM, mais « le ressort est cassé ».

Ce dernier constat fait, j’appelle le PC Course pour annoncer m’a défection.

S’ensuit un appel à Pascale, qui devait me retrouver au pointage d’ARZON qui se trouve juste après mon abandon, afin qu’elles viennent me récupérer sur un banc devant un restaurant.

Notre ami Antoine L, le régional de l’étape, me contacte après vu sur le site que j’étais arrêté (réactif l’Antoine) et nous décidons de nous voir pour un café. Au départ, j’avais prévu de l’appeler arrivé au débarcadère de PORT NAVALLO pour nous rejoindre au Ravito d’ARZON.

Une fois mes accompagnatrices arrivées, nous décidons de manger sur place au restaurant avec vu sur le port ! MOI avec ma déception et Pascale satisfaite de ma décision. Dans la foulée, je passe prendre le café chez Antoine L et, pour finir, retour au port de Vannes afin de récupérer mes sacs !

Dur, dur, de voir les arrivées. Le meilleur, avec ses moins de 17h, est d’ailleurs déjà changé.

Je suis repassé au village de l’UltraMarin dès le lendemain matin (dimanche) pour accueillir mes partenaires. MAIS invisibles qu’ils étaient, même sur les listes…. J’attends de leurs infos ces prochains jours.

Retour en TGV le dimanche et lundi matin au boulot ! La boucle est bouclée (enfin c’est une image !)

Je vous invite à retrouvez à partir du 1er juillet les articles dans la revue de presse du site. André, qui s’amuse toujours bien et qui a déjà d’autres ‘défi’ en tête.

*attention, je ne ‘vire’ pas au Trail, trop cassant pour les genoux, mais c’est la longueur avec dénivelé faible que je visais.

Le Village

Publié dans Résultats | Commentaires fermés sur Grand RAID « Golfe du Morbihan » – ULTRA MARIN 2016

Et encore un podium féminin sur le M des Lac des sapins – Céline Pernin au RdV !!

Encore un podium pour le NST ce WE  , et toujours  une féminine : Céline P. 3ème V2 pour la 20ème édition du Triathlon du Lac des Sapins dans le Beaujolais vert qui porte bien son nom : natation dans un lac au milieu des sapins 1.5 Km pour le M  , vélo  entre forêt   et paturages : 50km , 650m de dénivelé et pour finir un vrai trail  de 10 Km , 160 m de dénivelé.

Pour le L, c’est le double :distance et dénivelé..

A l’honneur Céline P. 3 ème V2 sur le M  ,278 ème au scratch (3 :22 :29 00 :31/1 :58/ 0 :53)

Et ensuite :Thierry L. 39ème V3  (482 au scratch)  (3 :53 :45 :43 :19/2 :03 /1 :07)

Pour le L :François P. 14ème V3 (146 au scratch) (6 :29 :53 :1 :04/3 :35/1 :49)

Epreuve à recommander pour le cadre ,pas trop loin de Paris 4H30 de route ,l’organisation sans faille

Et la route des vins au retour si on a encore des jambes ( ou à l’aller si on  veut « se charger »)

Publié dans Résultats | Commentaires fermés sur Et encore un podium féminin sur le M des Lac des sapins – Céline Pernin au RdV !!